Une histoire populaire de la résistance palestinienne

Mazin Qumsiyeh, Éditions Demi-Lune, mars 2013

Comme l’indique Michel Warschawski, journaliste et militant pacifiste israélien, dans sa préface, ce livre est indispensable pour la compréhension de la lutte de libération nationale palestinienne et des enjeux auxquels elle est confrontée.

Mazin Qumsiyeh (MQ) raconte dans son livre l’histoire d’un combat non pas d’hommes politiques et de dirigeants, mais la lutte non violente de tout un peuple, et ceci à travers
l’histoire.

On commence à parler de sionisme déjà au milieu du XIXe siècle, avec une résistance de la part des intellectuels et des paysans palestiniens, pour finir avec le mouvement BDS, campagne initiée en Palestine en 2002 et officiellement lancée en 2005, lors du forum mondial de Porto Alegre.

On comprend également mieux le rôle des grandes puissances de l’époque (France et Angleterre) qui ont décidé de se partager le monde arabe (accords Sykes-Picot), puis le rôle de l’Angleterre, qui favorisa le sionisme par la déclaration Balfour.

MQ met en contexte les différentes résistances, tant armées que non violentes, qui eurent lieu jusqu’en 1939. Survient ensuite l’anéantissement et la Nakba (Catastrophe) de 1948, épisode de nettoyage ethnique de la Palestine1. Suit la période qui conduit à la guerre des 6 jours de 1967. S’installe alors une résistance faite de grèves dans les écoles, des grèves commerciales, des pétitions et d’autres différentes actions non-violentes. Et la répression se fait toujours plus violente.

MQ pose également un regard critique sur les accords d’Oslo, et met en lumière le non respect de d’accord de la part d’Israël, faisant tout son possible pour torpiller la solution à deux états.

La lecture de ce livre me semble indispensable si on veut un tant soit peu comprendre l’histoire du proche orient de la fin du XIXe au début du XXIe siècle. D’autres avis plus complets se trouvent sans problème sur internet.

1Lire à ce sujet le livre de Ilan Pappe, le nettoyage ethnique de la Palestine, fayard, 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.